İDLİP MESELESİ İDLİP’TE NE YAPILABİLİR

TÜRK AKADEMİSİ 2021 YILINI “ALİ ŞİR NEVAYÎ YILI” İLAN ETTİ

Livan, İraq və İran etirazlarını nə birləşdirir

Bu gün yazın ilk müjdəçisi Su çərşənbəsidir

Les causes du « mouvement Navalny » et ses possibles résultats ?

Gündem 28 Ocak 2021
56

L’excitation des récentes manifestations en Russie se poursuivra jusqu’aux prochains rassemblements. Ils se poursuivront également pendant l’emprisonnement d’Alexei Navalny.

Dans l’est lointain de la Russie, à Khabarovsk, le gouverneur Furgali a été arrêté en juillet, depuis lors la population ne s’est pas calmée, des dizaines de milliers de personnes manifestent de temps en temps et des slogans « montent » jusqu’à la démission de Poutine. Navalny est devenu une figure de la population mécontente dans toute la Russie et les protestations contre son arrestation se poursuivront certainement. Et ce n’est pas la seule raison.

La popularité de Vladimir Poutine se déstabilise depuis 2011. De temps en temps, les événements comme ceux en Ukraine et l’occupation de la Crimée ont impacté sa popularité positivement, mais en 2017 il est devenu clair qu’elle ne se stabilisera plus jamais et continuera de se dégrader. La raison est claire. Le grand chauvinisme russe auquel Poutine faisait référence était pris au piège des préoccupations sociales actuelles et s’est effondré au fond des idées sociales. La situation criminogène dans la pays a commencé à se détériorer et le phénomène des « années 90 » constamment condamné par la propagande russe a été relancé et enrichi avec les impressions de l’« Ouest Sauvage », et cette fois avec des effets différents comme le crime organisé des réseaux d’oligarques.

Depuis 2018, la proportion de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté en Russie augmente, atteignant 20 millions en 2020. Ce chiffre ne correspond pas à la réalité, mais un chiffre reconnu par les statistiques officielles de l’État russe. Bien sûr, la Russie compte environ 150 millions d’habitants, mais 20 millions équivaut à la population d’un État d’une taille moyenne et cette horrible silhouette, reconnue par les officiels, peut devenir une force destructrice. Comme nous pouvons le voir, il est en train de devenir.
Et ce n’est pas seulement ça.

L’établissement politique de la Russie a été en quelque sorte rassuré par le « Trumpisme » aux États-Unis. La tourmente politique aux États-Unis, qui fait l’objet de comparaisons mondiales, était une sorte de réconfort non seulement pour la Russie, mais pour tous les autres pays similaires. La Russie, bien sûr, ne se compare qu’aux États-Unis depuis l’apogée de l’Union Soviétique, depuis atteindre et dépasser le niveau de ce pays est la priorité politique d’État russe. Sans oublier que les États Unis ne comptaient pas à sa place et avancent aussi vite qu’ils peuvent.

Depuis le jour de son empoisonnement, les événements de Navalny ont été un fardeau socio-politique majeur en Russie. Enfin, ce « diable » film !

Le nombre de 70 millions de téléspectateurs a brisé le charisme de Vladimir Poutine, une statistique insupportable pour la Russie comptant 150 millions d’habitants. Le slogan « Poutine est un voleur » est désormais une réalité que l’on retrouve dans toute la Russie, chez des enfants comme chez les adultes, et les Russes ont été contraints de digérer ce fait indéniable. Oui, Vladimir Poutine est un voleur, ces mots ne sont plus qu’un simple slogan dans une manifestation, mais un fait que tous les Russes acceptent et comprennent. Bon courage pour rester au pouvoir à partir de maintenant !
Après tout, même dans les couloirs du Kremlin, tout le monde regarde ce film. Même dans le cercle le moins proche de Vladimir Poutine, il était simplement reconnu comme un « grand frère » (selon les termes du monde criminel) et cette reconnaissance suffisait pour ignorer des concepts formels comme le pouvoir d’État et l’application de la loi. Cela signifie que la capacité de Vladimir Poutine à mobiliser son autorité sous le nom de l’administration publique a été gravement endommagée.

D’autre part, les pays comme le nôtre ont un problème avec Poutine. Vous vous souvenez peut-être, Ilham Aliyev avait avoué à Vladimir Solovyov, un journaliste de Kremlin : « Poutine ne nous trahira pas ». Aujourd’hui, monsieur Vladimir Poutine a ses propres problèmes. Cela devrait nous inquiéter. Cela aurait dû nous inquiéter il y a trois mois aussi car la source de pouvoir en Azerbaïdjan est la Russie. Aujourd’hui, nous devons nous inquiéter encore plus, il semble que maintenant la Russie est aussi « l’embouchure » du gouvernement.

Les pays dans le deuxième plan, comme la Turquie, doivent également ajuster progressivement leur politique à l’égard de la Russie.
Vladimir Poutine est la Russie. Il est difficile d’imaginer quelle forme politique prendra la Russie sans lui. Les contradictions « Trump-Biden », les changements « Hollande-Macron », même les transformations « Erdoghan-… » ne changeront pas le destin politique et les priorités des pays correspondants. Mais nous ne pouvons pas dire la même chose pour la Russie.

Les pays veulent de la nouveauté, ils veulent de la liberté. Dans certains pays, les revendications de liberté sont plus pertinentes, tandis que dans d’autres, il y a des mouvements à grande échelle, des manifestations épisodiques et spontanées pour assurer les conditions de liberté primitives. La Russie n’est pas un pays libre et l’élite russe, qui veut atteindre les conditions fondamentales de la liberté, en comprend également la nécessité. Ce n’est pas un hasard que la tourmente intérieure de ce voisin géant s’est manifestée non seulement dans le comportement des politiciens, des officiers à la retraite, des généraux, des intellectuels, mais aussi dans les revendications folles des adolescents. Sur TikTok, qui a été principalement utilisé par les adolescents lors des événements récents, les publications avec le hashtag Navalny ont battu un autre record avec un chiffre de 1 milliard !

Les individus cherchent l’innovation dans tous les niveaux de la société. Une Russie qui comprend la démocratie et les libertés est en pleine croissance…
Bien sûr, nous ne pouvons pas affirmer sans équivoque que nous assistons à une récurrence des causes de l’effondrement de l’Union soviétique. Mais s’il y a des exemples historiques dont nous pouvons tirer des leçons, nous pouvons lire un livre ou regarder sur Internet : tout y est écrit.

Ganimat Zahid

(Ganimat Zayidov)

Yorumlar