Gözde Kılıç Yaşın: Balkanlarda Pandora’nın Kutusu

MERAKLISINA Osmanlı Kitâbetinde çok sık rastlanılan

Hague Court rules Russia should observe Crimean Tatars’ rights, lift ban on their Mejlis

Adil Öksüz’ü İncirlik ABD üssünde arayın!

Ganimat Zayidov: De nouveaux effets français créés par une haine extrême

Gündem 2 Aralık 2020
34
MAKEDONYA'DA SINAVSIZ ÜNİVERSİTE

Il y a eu une erreur technique dans le dernier article : « On sait sous quelles règles les « soldats de la paix » russes sont présents en Ossétie du Nord et en Abkhazie en Géorgie, et quelles en sont les conséquences ». Il aurait dû être écrit « Ossétie du Sud ». Un cher lecteur nommé « roman_garev » a vu cette erreur et m’a accusé d’ignorance. Merci, cher lecteur, pour votre attention. Ceci, bien sûr, est une erreur technique, j’ai rappelé que je suis allé en Ossétie du Sud à de nombreuses reprises en tant que Caucasien, et pendant un certain temps, dans les années 80, j’ai même travaillé à la raffinerie de Grozny, cela pour dire que je connais assez bien la région.
Je veux dédier l’article d’aujourd’hui à la décision bien connue du Sénat français recommandant la reconnaissance du Haut-Karabakh comme un État indépendant. Je peux faire une erreur technique dans une phrase et je m’excuse. Je me demande comment le Sénat français va réagir aux erreurs logiques dans le texte de la décision. Un paragraphe de cette décision se lit comme suit :
L’Azerbaïdjan « doit se retirer immédiatement des territoires occupés à la suite des opérations militaires qui ont débuté le 27 septembre … » et ainsi de suite.
Savez-vous de quels territoires nous parlons ?

Nous parlons des territoires que l’État français a connu comme étant occupés par l’armée arménienne depuis avril 1993. La France est l’un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU. Le Conseil de sécurité de l’ONU a officiellement confirmé l’occupation des territoires azerbaïdjanais et adopté à l’unanimité des résolutions sur la nécessité d’éliminer les conséquences de l’occupation.
Le Conseil de sécurité de l’ONU a exigé à l’unanimité le retrait des forces d’occupation des régions occupées de la République d’Azerbaïdjan en approuvant les résolutions 884 du 12 novembre 1993, 822 du 30 avril 1993, 853 du 29 juillet 1993 et 874 du 14 octobre 1993 !
J’invite tous ceux qui émettent des jugements émotionnels sur le sujet à boire un verre d’eau fraîche avant d’exprimer leurs avis, et de profiter des opportunités que Son Excellence Google a créées pour les gens modernes.
Un de mes détracteurs écrit que nous hésitons à écrire quoi que ce soit contre les Russes, qui occupent en fait la région, mais nous critiquons la position de la France. C’est une approche injuste. Nous sommes contre l’émergence de la Russie en Azerbaïdjan. L’Azerbaïdjan a été l’un des premiers pays post-soviétiques à retirer les troupes russes du pays en 1993. Le président Abulfaz Elchibey, qui a retiré ces troupes du pays, a été écarté du pouvoir en juin 1993 lors d’un coup d’État militaire soutenu par la Russie et par l’Occident. Depuis lors, l’Azerbaïdjan est passé à un régime autoritaire et les dirigeants autoritaires de l’Azerbaïdjan sont devenus les favoris de l’Occident, y compris la France.
Nous savions et savons toujours que la dynastie qui dirigeait l’Azerbaïdjan était constituée de cadres russes. Mais après tout, cette dynastie a toujours reçu une grande attention et un soutien en Europe et en France, et a reçu les prix les plus prestigieux de l’État. En France, des députés amis de l’Azerbaïdjan ont même échangé des vaches avec le dictateur azerbaïdjanais, et bien sûr ils le feront encore !
Nous avons toujours voulu que l’Occident participe de près à la résolution des problèmes de la région, ainsi qu’au règlement du conflit du Haut-Karabakh, à la libération des territoires azerbaïdjanais occupés, en utilisant des mécanismes plus efficaces, pour empêcher le renforcement de la position de la Russie dans le Caucase du Sud. Néanmoins, l’Occident n’a pas fait cela, alors un jour la Russie a comblé le vide. Désormais, le Sénat français nie non seulement le fait de l’occupation, qu’il a reconnu et voté il y a 27 ans, mais accuse également l’armée azerbaïdjanaise d’agression. Quelle est cette agression ? Si la libération des territoires occupés est une agression, qu’est-ce que l’occupation elle-même ?
La haine est la pire façon de comprendre ce qui se passe dans ce monde. Les relations de la France avec la Turquie sont tendues ou très mauvaises. Les raisons de cette tension ne sont pas des processus politiques en Turquie ou en France, mais des problèmes géopolitiques. Conflits d’intérêts en Méditerranée, en Libye et ailleurs. Apparemment, à la suite de ces contradictions, un sentiment anti-turc extrême est alimenté en France. Au point même qu’un de mes estimés lecteurs écrit sous le dernier article : « Le Tatare est meilleur en coupeur de tête qu’en intellectuel … ».
Le Sénat français condamne le racisme dans sa décision. Dans ce contexte, il est clair que le comportement de quelle partie mérite d’être rappelé raciste.
Les 305 députés votent pour la décision au Sénat, et cela se produit seulement un jour avant qu’Emmanuel Macron dise clairement que « Le Haut-Karabakh est le territoire de l’Azerbaïdjan ».
Je pourrais expliquer les autres points de la décision du Sénat, mais ce point suffit pour que vous ne preniez pas les autres au sérieux. Autrement dit, c’est une décision née d’une haine et d’une ignorance extrêmes. La seule chose qui manque est une décision supplémentaire de poursuivre ceux qui critiquent cette décision. Il y a un tel problème dans le passé de la France.

Mais ce n’est pas comme la France. Il y a ici de ….

Nous avons toujours dit, écrit et appelé à une plus grande action conjointe pour renforcer les traditions de la démocratie occidentale dans les pays post-soviétiques. Mais l’Occident, ainsi que la France, comme je l’ai dit, ont cédé le Caucase du Sud à la Russie et étaient heureux de pouvoir démanteler des projets économiques dans la région basés uniquement sur des intérêts commerciaux. Aujourd’hui, on en voit le résultat. D’une part, des décisions politiques incarnant une haine extrême et une hypocrisie politique, et d’autre part, des dictateurs capables de profiter de toutes les opportunités de la manière la plus efficace.
À l’époque où les tatares pratiquaient la décapitation, les français le faisaient aussi. Mettre de telles expressions dans la controverse d’aujourd’hui revient à décapiter.
Je pense que le Sénat français exagère également le facteur turc car il a peur de donner une évaluation adéquate des actions de la Russie. Il répète également le mensonge sur les « mercenaires ou djihadistes » : c’est un mensonge et un mensonge fabriqué sans vergogne.

Ganimat Zayidov

Yorumlar